Investir massivement dans les startups pour donner un temps d’avance technologique à la France

 

France Digitale salue le plan d’investissement France 2030

 

Emmanuel Macron a présenté aujourd’hui les détails du plan d’investissement France 2030 avec une ambition : préparer la France de demain. 30 milliards d’euros seront débloqués sur 5 ans pour rattraper notre retard dans certains secteurs historiques, mais aussi donner un temps d’avance à la France en créant de nouvelles filières industrielles et technologiques. 

Cela va sans dire que notre écosystème numérique doit avoir toute sa place dans ce plan : en 10 ans, la French Tech est passée d’une promesse à une réalité ambitieuse. Les startups françaises représentent 1 million d’emplois en France, dont 90% en CDI ; 7Mds€ de revenus en 2020 ; une hausse de 15% de chiffre d’affaires en un an ; et plus de 5Mds€ de fonds levés au premier semestre 2021 (soit le même montant que sur toute l’année 2020) – Voir notre Baromètre annuel 2021 : la performance économique et sociale des startups numériques en France 

Chez France Digitale, nous accueillons positivement ces annonces présidentielles, qui mettent clairement l’accent sur notre écosystème et sur le besoin de soutenir massivement des jeunes entreprises à haut potentiel de croissance : c’est près de la moitié du plan d’investissement qui leur est aujourd’hui consacré. 

Benoist Grossmann, co-président de France Digitale : “Nos attentes avec ce plan d’investissement sont claires : nous voulons que le gouvernement fasse le pari des startups en France : le pari de leur croissance, de leur capacité à innover massivement tout en créant des emplois, d’attirer des investisseurs et de rayonner à l’international.”

Frédéric Mazzella, co-président de France Digitale : “Depuis des années, France Digitale est mobilisée pour faire émerger de nouveaux champions numériques et industriels, développer les innovations de rupture, et mieux valoriser le goût pour la prise de risque. Notre écosystème se porte bien aujourd’hui, mais nous voulons transformer l’essai : garantir à la fois notre croissance économique, et la souveraineté numérique de la France. Les autorités  doivent s’y engager avec nous, et nous serons très vigilants à la concrétisation de ce plan d’investissement.” 

Aujourd’hui, notre objectif est clair : accélérer pour avoir un temps d’avance ! Et permettre à nos startups de bénéficier rapidement et largement des annonces du gouvernement, pour innover au service des territoires et des Français. Sur l’ensemble des filières annoncées, nous avons des entreprises engagées qui ne demandent qu’à être mieux valorisées : dans les secteurs de l’intelligence artificielle, de la réindustrialisation, du stockage de données, de la deep tech, de la transition énergétique, du recyclage, de la e-santé, de l’agriculture, des nouvelles mobilités … Notre écosystème est le plus ambitieux en Europe : nous voulons que cela continue, et que ce plan d’investissement soit un levier pour de nouveaux projets européens, avec nos partenaires, pour créer des champions dans l’UE.

Pour accélérer, nous sommes aussi engagés pour mieux former aux métiers d’avenir du numérique, et nous attendons beaucoup des mesures de France 2030 pour l’éducation, la formation, la reconversion et l’acquisition de compétences-clés dans ce secteur où l’offre d’emploi ne rencontre pas toujours la demande. 

Maya Noël, directrice générale de France Digitale : “ Le plan d’investissement est une formidable opportunité pour accélérer la formation et le recrutement dans les métiers en tension, notamment numériques. Il ne doit plus exister d’inadéquation entre la formation des salariés et les besoins des entreprises en métiers émergents. Tout doit être fait pour former largement aux nouveaux métiers du numérique, et mieux valoriser les compétences de nos Talents”

ET LA SUITE ? Avec France Digitale, nous voulons être sûrs que l’ensemble de l’écosystème numérique pourra bien bénéficier de ces annonces, et solliciter rapidement les mesures de soutien de l’Etat dans l’ensemble des secteurs cités par le Président de la République : 

  • La transition environnementale, avec la production d’énergie décarbonnée, le  nucléaire, le stockage d’énergie, l’investissement dans l’hydrogène vert, les transports de demain, les innovations en matière de recyclage ; 
  • La e-santé, avec notamment la lutte contre le cancer, les vaccins à ARN, les biotechnologies, les medtechs
  • L’alimentation et l’agriculture française, avec les secteurs de l’AgriTech, de la FoodTech, les technologies de pointe et les biosolutions innovantes pour rationaliser l’usage des pesticides, assurer une meilleure traçabilité des produits, limiter la consommation énergétique des productions, et inventer l’alimentation de demain ; 
  • L’ensemble des enjeux de souveraineté technologique et numérique, avec l’intelligence artificielle, la réindustrialisation, le stockage de données, la cybersécurité, le quantique, l’électronique, la robotique, l’aéronautique et le spatial ; 
  • Le secteur automobile avec l’électrification, le véhicule autonome, et les semi-conducteurs ; 
  • Le secteur du luxe. 

Tout doit être fait pour communiquer largement sur ces annonces et faciliter les démarches pour que nos PME technologiques puissent y avoir massivement accès. 

Nous attendons les détails du plan France 2030 avec impatience, pour les relayer largement au 1 800 startups et investisseurs français du numérique qui composent notre association, et nous serons extrêmement vigilants sur la mise en œuvre de ces annonces.