Maya Noël prend la direction de France Digitale et arme l’association pour la montée en puissance de l’écosystème startup

Le Conseil d’Administration de France Digitale annonce la nomination de Maya Noël au poste de Directrice Générale de l’association.

A l’heure où l’écosystème français explose avec des financements records et plus de 500 000 emplois directs déjà créés, et à l’aube d’une nouvelle campagne présidentielle où le sujet de la souveraineté technologique sera clé, France Digitale renforce sa structuration interne et les efforts d’accompagnement de ses 2000 startups membres en pleine croissance.

 

Une entrepreneure au service de l’humain

Maya Noël débute sa carrière dans le digital en 2012 et axe immédiatement son énergie sur la recherche des meilleurs talents, qui représente la première difficulté des startups en forte croissance. “Je me suis formée au recrutement en accompagnant la croissance rapide d’entreprises comme Deezer, Veepee, Leboncoin ou Datadog. Aux côtés des CEO et des CTO, j’ai intégré les recrutements à la stratégie de croissance des entreprises, quand la fonction DRH dans ce secteur n’existait pas encore vraiment.” explique la nouvelle Directrice Générale.

Pour répondre à la pénurie de compétences dans la tech, Maya Noël co-fonde en 2015 une startup afin d’attirer des profils venus de l’étranger. 400 entreprises s’inscrivent dès la première année sur le service, et l’entrepreneure va chercher ses premiers financements auprès notamment de Jean-David Chamboredon (ISAI). En parallèle, Maya Noël s’engage aux côtés des grandes figures féminines de l’entrepreneuriat et du capital-risque dans l’association StartHer (aujourd’hui Sista) et milite pour plus parité et de diversité en entreprise.

 

Une évolution rapide au sein de France Digitale

En 2019 Maya Noël rejoint France Digitale pour créer la branche dédiée au recrutement dans les startups (« FD Talent”). Ce programme permet aux startups de faire face à la concurrence agressive des géants technologiques et de valoriser collectivement leur marque-employeur. Pour Maya Noël, “la construction d’une tech durable, éthique et créatrice d’emplois est l’atout clé de l’écosystème pour attirer et retenir des talents, et ainsi contribuer au développement  des startups françaises et européennes. Intrinsèquement, France Digitale met en avant les valeurs qui poussent ses membres à innover vers des services, des politiques RH et des modèles de gouvernance plus responsables : cette approche vertueuse de la technologie nous différencie et forge notre attractivité”.

Dès 2020, Maya Noël étend ses fonctions au sein de l’association à la Direction des partenariats- lui permettant d’œuvrer pour une meilleure coopération entre les startups et les grands groupes. Alors que les corporations américaines investissent 5 fois plus dans leurs startups que leurs homologues européennes, Maya Noël développe des partenariats et convainc des grands groupes comme la FDJ, Crédit Mutuel Arkea, et Veolia de s’intéresser davantage aux pépites technologiques.

Maya Noël prendra la tête de France Digitale à partir d’Octobre 2021 avec l’objectif d’accompagner le passage à l’échelle des startups tricolores. “Les financements des startups doublent cette année avec déjà plus de 5 milliards d’euros levés sur le premier semestre. Ces fonds seront majoritairement dédiés au recrutement de nouveaux talents et à l’expansion vers l’international, qui deviennent les priorités des pépites les plus matures. Nous comptons les aider à rivaliser avec les USA et la Chine.” indique Maya Noël.

 

Les orientations 2022 et au-delà

Pour Frédéric Mazzella et Benoist Grossmann, Co-Présidents du Conseil d’Administration de France Digitale : “Maya Noël a su convaincre le Conseil d’Administration grâce à la pertinence de son parcours entrepreneurial et à ses ambitions. Elle saura positionner l’association comme un acteur incontournable de l’écosystème tech français et européen, en amont des grandes échéances de l’année 2022, des élections présidentielles à la Présidence Française de l’Union Européenne, en passant par les mesures attendues dans le cadre de la réglementation DSA DMA (Digital Services Act et Digital Markets Act)”.

Maya Noël précise ses intentions : “France Digitale proposera des solutions ambitieuses pour renforcer la souveraineté économique et technologique du pays, tout en reposant sur quatre piliers d’action : les Talents, l’Impact, L’Europe et la Deep Tech. Nous avons besoin d’un cadre réglementaire toujours plus attractif pour les investisseurs, d’une politique de la commande publique plus favorable aux startups françaises, d’un vrai marché numérique européen unique, et enfin, d’accélérer la formation aux métiers à forte valeur ajoutée et d’attirer les meilleurs talents du monde.”

 

Le France Digitale Day – 22 septembre

Le France Digitale Day se tiendra cette année le 22 septembre, et sera de nouveau l’événement tech européen incontournable de la rentrée, rassemblant près de 3 000 CEO de licornes, scale-up et startups, C-Levels, investisseurs et décideurs publics de haut niveau, venus du monde entier. La thématique générale qui soutiendra les 30 panels cette année est “VALUES” (les valeurs), sujet incontournable que l’association positionnera dans les différents agendas électoraux à venir.

 

A propos de France Digitale : 

Fondée en 2012, France Digitale est la plus grande association de startups en Europe, avec plus de 1800 startups et investisseurs français du numérique. L’association se donne pour mission de créer des champions européens du numérique et d’animer l’écosystème des startups en France.
France Digitale est co-présidée par Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar, et Benoist Grossmann, CEO Eurazeo Investment Manager.