Les Talent Stories – Singulart

Le recrutement reste le premier frein à la croissance de nos entrepreneurs dans un secteur qui ne connaît pas la crise, avec une offre toujours supérieure à la demande. En 2020 selon Cédric O, le Secrétaire d’état en charge du numérique, le secteur a créé pas moins de 25 000 emplois . Qu’en est-il ?

Même à notre échelle, on avoue être un peu perdu. Par quelles voies rejoindre ce secteur ? A quelle startup s’intéresser ?

Pour vous éclairer, on vous propose de découvrir l’envers du décor de nos plus belles histoires ! On reste persuadé que les startups sont en train de changer le monde notamment par leur engagement éthique. C’est ce que nous allons tenter d’illustrer !

Cette fois-ci, Véra et Brice, les 2 fondateurs de Singulart, se sont prêtés au jeu. 

Singulart est une galerie d’art en ligne. Cette marketplace permet à des artistes reconnus dans leur pays, d’exposer leur talent à l’international et de vendre facilement leurs œuvres à des collectionneurs du monde entier.

Qui êtes vous ?

“Notre duo est basé sur une grande complémentarité. Au-delà de la mixité, nous avons des parcours différents : Véra a étudié les sciences politiques, Brice est ingénieur. Nos formes d’intelligence se complètent, et nous regardons souvent la même situation avec des perspectives différentes. 

C’est très important pour recruter des profils variés, pour structurer l’entreprise et plus généralement pour construire une culture ouverte à la diversité globale.

Le premier élément visible de cette association complémentaire, c’est une attention portée à la mixité de genre. Avoir une femme dans le duo de cofondateur a contribué a attirer des profils féminins, et aujourd’hui avec 60 % de nos managers qui sont des femmes, nous espérons créer de nouveaux relais pour la diversité. 

Dans l’équipe tech, cette mixité n’est pas encore assurée, avec seulement une femme sur huit talents. Mais nous travaillons à inverser la tendance, avec notamment des partenaires comme 50intech ou l’Ada Tech School.”

Quel bilan faites-vous de l’année 2020 ?

« En deux mots : structuration et croissance.

Nous avons levé 10 M€ au tout début de la crise du COVID, une grande sécurité pour développer notre vision. Entre cette levée et l’accélération du e-commerce, le premier confinement a doublé notre business en 6 mois. Au final, nous avons gagné six mois sur le business plan avec une croissance de 350% YoY. 

Nous avons aussi développé une nouvelle manière de communiquer avec nos artistes, et d’engager nos utilisateurs : des événements en ligne et des webinars ont contribué à renforcer l’adoption de Singulart par nos deux populations cibles.

Le grand challenge a été celui d’un passage à échelle. Nous avons dû recruter rapidement pour absorber la croissance, faire rentrer des profils plus senior tout en offrant des perspectives de développement à nos collaborateurs historiques et rester fidèles aux valeurs qui nous animent depuis le début. 

Heureusement, nous avions commencé à structurer notre équipe RH avant le premier confinement. Au-delà de faire grandir l’équipe de 40 à 90 collaborateurs en un an, l’année 2020 a apporté son lot de problématiques bien spécifiques. Nous avons beaucoup de collaborateurs jeunes, internationaux, vivant seuls, et la plupart de nos collaborateurs ont choisi de rejoindre une startup aussi pour le collectif de travail humain qui est différent d’entreprises moins internationales et moins innovantes. Il est de notre responsabilité de les garder motivés, dans un contexte ambiant morose.”

Que prévoyez-vous pour 2021 ?

« En 2021, nous allons consolider nos bases et construire la prochaine étape. 2022 sera l’année de la profitabilité. On veut surfer sur cette phase d’hyper-croissance qui nous a apporté de nombreuses opportunités.

Pour y arriver, nous avons 3 gros enjeux : 

  1. L’équipe Tech, avec 20 postes à pourvoir sur 2021 : Data Engineer, Développeurs front-end, Développeurs full-stack, Product Owners et Tech Lead … Tout en gardant en tête notre objectif de mixité.
  2. L’équipe Ops & déploiement (notre plus grosse équipe) sur laquelle on aimerait ajouter 40 talents internationaux (japonais, mandarin, allemand, anglais US), pour offrir à nos collectionneurs une expérience toujours plus personnelle et quali. 
  3. Recruter des managers d’artistes enthousiastes, moteurs et bienveillants, qui ont à cœur d’accompagner les talents.

Cette hyper-croissance nous permet de développer notre position de leader sur le marché digital de l’art international, sujet que nous aimerions confirmer d’ici 2 ans. »

Qu’est-ce qui vous rend spécial ?

Nous avons la chance d’être sur un marché où tout reste à construire, qui par essence est international et repose sur une grande diversité d’influences créatives. L’art est un domaine passionnant, qui permet de recruter des personnalités fortes et passionnées à l’idée de réinventer le secteur.

Depuis le premier jour, nous cherchons à créer un lien humain avec nos artistes et nos collectionneurs. Essentiel dans le monde de l’art physique, nous inventons sa version digitale avec une attention toute particulière pour nos communications et notre plume.

On retrouve chez chacun des membres de l’équipe 2 qualités : l’empathie et la diversité. Très internationale depuis le départ, l’équipe est composée de plus de 35 nationalités et porte l’enjeu de diversité et d’inclusion haut et fort.

Quels sont vos enjeux à venir ? 

2021 va être bien remplie !

Le Covid a accéléré les choses pour nous. Il y a quatre ans, aucune galerie ne parlait positivement de la vente en ligne. Nous étions mal perçus. Le discours a bien changé. Il contribue à rassurer l’ensemble des acheteurs traditionnels, et ouvre ce marché assez fermé à de nouveaux types de collectionneurs. Nous prévoyons d’ailleurs un vrai focus sur les marchés américain et japonais pour l’année qui arrive.

Singulart dans 10 ans ? 

C’est une entreprise qui :

  • a su rester fidèle à ses valeurs et à sa mission d’accompagner les artistes ;
  • apporte de la joie aux amateurs d’art ;
  • qui compte plusieurs milliers de collaborateurs internationaux ;
  • et a accompagné des artistes émergents vers une carrière fulgurante.

Notre objectif final, c’est d’être un acteur qui compte dans le paysage de l’art, comme Sotheby’s et Christie’s aujourd’hui. On veut transformer le marché de l’art de l’intérieur pour le rendre accessible au plus grand nombre.

Une dernière histoire à partager ? 

“J’ai un exemple qui reflète bien la réalité de notre lien avec nos collectionneurs, et l’ambiance de l’équipe. 

Asha (une de nos Sales Managers) a reçu au bureau un énorme bouquet (mais vraiment énorme) de la part d’une cliente pour laquelle elle avait géré la négociation et la livraison aux Etats-Unis de 10 œuvres, venant des quatre continents. 

Asha a laissé le bouquet au bureau, pour que tous ses collègues, notamment de l’équipe logistique qui ont assuré le transport des œuvres mais n’ont pas géré la relation client, puissent en profiter.”

Vous voulez rejoindre une de nos plus belles startups ?

Vous voulez en savoir plus sur le programme Talent ou France Digitale ?

Pour découvrir l’histoire de ManoMano, ça se passe ici.