Est-ce que 2,2 Mds€ pourrait empêcher Meta (ex-Facebook) de débaucher tes meilleurs employés ?

C’est devant vous ce lundi, à France is AI, que les ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal et le secrétaire d’Etat en charge du numérique, Cédric O, ont présenté la nouvelle stratégie nationale pour l’IA. Ils ont annoncé… plus de €2 milliards pour soutenir notre écosystème ! « Enfin ! » entendait-on à Station F, après presque un an d’attente.

Chez France Digitale on trouve que cette stratégie tombe à pic pour trois raisons :

  1. Les talents sont la priorité n°1, enfin ! VOUS, startups de l’IA, comptez recruter plus de 10.000 personnes l’année prochaine. €781 millions serviront donc à faire émerger un réseau d’établissements d’excellence et d’envergure mondiale et un plan de formation massif à l’IA au sein des universités et des grandes écoles. Ce sont nos partenaires, INSEAD, Kedge, Polytechnique, Telecom, qui doivent être contents (à juste titre !). France Digitale ne compte pas laisser « Meta » (ex – Facebook) aspirer toute la matière grise en Europe ! Il est CRUCIAL de vous aider à pourvoir chacun de ces 10.000 postes, donc voilà ce qu’on va faire :
    • On va suivre la mise en œuvre de ces annonces et vous présenter les nouveaux talents fraîchement formés lors des prochaines Scale-up Fair ! (Nos collègues du programme Talent vont pas chômer !)
    • DÉ-MYS-TI-FIER l’intelligence artificielle auprès des talents. NON les startups ne cherchent pas uniquement des ingénieurs ultra-qualifiés-ultra-méga-diplômés. Mais plutôt des postes très divers tels que Customer Success ou Business Development Representative.

 

  1. On arrête de saupoudrer ! La priorité sera aux nouvelles générations d’IA embarquée et technologies de confiance pour l’explicabilité et la fiabilité des algorithmes (indispensable notamment pour l’aéronautique, l’énergie, le véhicule autonome, l’industrie 4.0) et le développement d’une IA frugale en énergie. Vous êtes très nombreux à avoir développé ces technologies (coucou la cartographie des 502 startups IA), donc voilà ce qu’on va faire :
    • On va suivre les nouveaux appels à projet et toutes les opportunités qui seront publiés par les autorités (PS : si le SGPI, la DGE, Bpifrance, le ministère de la Recherche et autres réjouissances pouvaient centraliser ça quelque part, ça nous aiderait bien d’ailleurs !).
    • On va en débriefer ensemble, avec vous, tous les mois. La Task Force IA & Data de France Digitale nous permettra de suivre, étape par étape, cette nouvelle stratégie en IA et de communiquer « là-haut » vos besoins les plus urgents.

 

  1. On aime le torride rapprochement qui s’opère entre les mondes de la recherche et des startups. L’ambition est osée : le passage à l’échelle des accélérateurs de start-ups existants, pour tripler d’ici à 2025 le nombre de start-ups en IA créées à partir d’un concept issu de la recherche fondamentale (40 M€). Quand on sait que beaucoup d’entre vous êtes nés de rencontres entre entrepreneurs et chercheurs, par la magie des spinoffs universitaires, on a envie de :
    • Pousser encore plus l’intégration de doctorants en startup ;
    • Rêver de carrières qui permettraient de “papillonner” allègrement entre startups et centres de recherche, diffusant la connaissance scientifique par des allers-retours ou des mi-temps en entreprise “sans jugement”, et tout cela en France.

 

Votre mission si vous l’acceptez – vous engager aux côtés de France Digitale pour que les champions mondiaux de l’IA soient made in France.